Resolve-CT-IC-logo.png

Rapport Trimestre 3: JuilletSeptembre 2016 

Aperçu
Les rebelles de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) ont enlevé 94 civils lors de 38 attaques dans le Trimestre 3 de 2016 (T3 2016), entre les mois de Juillet et Septembre 2016. Le nombre d'enlèvements et d'attaques dans le T3 est significativement plus faible que ceux de T1 et T2. Dans T3, le mois de Septembre était le mois le plus violent pour la LRA, avec presque le double d'enlèvements (61) que dans les mois de Juillet et Août combinés (33).

Le Crisis Tracker a enregistré 29 attaques contre des civils par des groupes armés non identifiés dans les zones affectées par la LRA dans l'est de la République Centrafricaine (RCA) et dans le nord-est de la République Démocratique du Congo (RDC) dans le Trimestre 3 de 2016. Ce nombre est légèrement supérieur au nombre d'attaques par des groupes armés non identifiés dans le T1 (25) et T2 (23).
Enlèvements de civils par la LRA, JanvierSeptembre 2016

Screen-Shot-2016-10-20-at-4-29-55-PM.png


Les attaques de la LRA en RCA se concentrent dans le triangle RafaiDjemahObo
Dans T3, les groupes de la LRA ont continué a ciblé les civils dans le triangle Rafai-Djemah-Obo. 67% des attaques de la LRA et 73% des enlèvements dans l'est de la RCA dans T2-T3 en 2016 se sont passées dans cette région, en comparaison avec T1, où la majorité des attaques et enlèvements s'étaient passés plus a l'ouest et au nord de la RCA. Dans T3, les attaques de la LRA étaient particulièrement concentrées dans le sud-ouest de Djemah près du village de Derbissaka, où les forces de la LRA ont enlevé dix civils le 8 Août et dix autres le 3 Septembre

Un groupe dissident dirigé par Achaye Doctor est probablement responsable de certaines de ces attaques dans le triangle Rafai-Djemah-Obo, alors que les autres attaques ont été commanditées par des commandants loyaux de Joseph Kony. Quoi qu'il en soit, la concentration d'attaques de la LRA dans cette région souligne des préoccupations quant aux mécanismes de protection des civils, plus particulièrement avec le retrait planifié des troupes UPDF dans l'est de la RCA d'ici à la fin 2016. 

Les attaques par des groupes armés non identifiés étaient plus dispersées dans l'est de la RCA dans T3, avec une concentration de quatre attaques près de Yalinga (préfecture de la Haute Kotto) entre le 4 et le 16 Septembre. Des groupes armés non identifiés sont responsables de 14 attaques dans les préfectures du Haut Mbomou, de la Haute Kotto et du Mbomou dans T3, en comparaison avec neuf dans T1 et sept dans T2. 
Attaques de la LRA contre des civils dans l'est de la RCA dans T1 (bleu), T2 et T3 (rouge)

Screen-Shot-2016-10-19-at-11-45-15-AM.png


Les groupes de la LRA réduisent les attaques en RDC, relâchent des femmes et des enfants
Les forces de la LRA ont enlevé 45 personnes lors de 17 attaques en RDC dans T3, une réduction par rapport à T2 mais un nombre similaire à T1. Une seule attaque de la LRA a été enregistrée près du Parc National de la Garamba dans T3, un incident le 11 Juillet dans lequel la LRA a interrogé une femme sur la présence des forces de sécurité près de Kpaika. Des tapports indiquent également qu'un groupe de la LRA a quitté le Parc National de la Garamba mi-2016 pour livrer l'ivoire au groupe du leader de la LRA Joseph Kony qui opère près de la frontière entre la RCA et le Soudan. L'incident LRA le plus notable dans T3 est la libération de quatre femmes et trois enfants captifs de longue durée par le commandant Alphonse Lamola à l'ouest de Bangadi le 5 Septembre. Les femmes auraient été relâchées sur ordre de Joseph Kony. La libération a pris place à 40km au nord-ouest de l'incident du 9 Juin dans lequel un groupe de la LRA avait volontairement relâché 12 femmes et enfants captifs de longue durée, y compris certaines femmes qui étaient des "veuves" de combattants de la LRA décédés.

Le conflit au Soudan du Sud continue de se répandre dans le nord-est de la RDC 
Les communautés Congolaises auprès de la frontière avec le Soudan du Sud ont également été affectées par les retombées du conflit dans T3 2016. Suite au conflit entre la SPLA et SPLA-IO à Juba en Juillet, plus de 750 combattants de la SPLA-IO sont entrés dans le Parc National de la Garamba. Certains, y compris Machar et son cercle intime, ont été évacués dans des lieux plus sécurisées par les forces de maintien de la paix de l'ONU en RDC (MONUSCO), alors que des centaines d'autres sont toujours dans l'incertitude entre deux bases de la MONUSCO. 

Alors que cette tournure dramatique des évènements a attiré l'attention internationale des médias, les retombées du Soudan du Sud en RDC ont commencé à la mi-2015 quand des combats ont commencé entre les forces de sécurité et d'autres groupes armés affiliés au SPLA-IO. L'un des groupes armés était dirigé par Alfred Fatu
yo, un ancien commandant des Arrow Boys dont les forces opèrent en Equatoria Occidental, à la frontière avec la RDC. Bien qu'affilié avec la SPLA-IO, les forces de Fatuyo sont principalement motivées par les dynamiques politiques localisées en Equatoria Occidental, y compris les tensions entre les communautés Azande et les éleveurs Dinka et les forces de sécurité gouvernementales dominées par les Dinka. Les forces du gouvernement et les groupes armés locaux sont tous responsables d'attaques contre des civils en Equatoria Occidental, forçant des milliers de civils à fuir en tant que réfugiés dans la province du Haut Uélé en RDC. Beaucoup d'entre eux sont du groupe ethnique Azande et partagent des liens culturels et économiques.

Au début de l'année 2016, plusieurs sources avaient rapporté que des groupes armés d'Equatoria Occidental recrutaient des jeunes Congolais, leur offrant des récompenses monétaires. De nouveaux rapports de recrutement ont fait surface en Septembre, expliquant qu'un groupe armé, probablement celui de Fatuyo, planifiait de recruter dans les communautés Congolaises et les camps de réfugiés près de Doruma, Gangala, Masombo et Sugba. Le 11 Septembre, des hommes armés Sud Soudanais ont attaqué la communauté Congolaise de Bangalu avant de perdre l'un de leurs hommes dans un clash avec avec les militaires Congolais. En représailles, le groupe armé Sud Soudanais aurait décapité l'un des deux civils qu'il avait enlevé à Bangalu. L'autre captif s'est échappé après plus d'une semaine en captivité. 
Attaques contre des civils dans la province du Haut Uélé, T3 2016

Screen-Shot-2016-10-19-at-11-22-19-AM.png

Screen-Shot-2016-10-20-at-4-33-02-PM.png

Note: Les coordonnées GPS de certains de ces incidents ont été légeremment modifiées afin de maximiser la visibilité des marqueurs. 

Prévisions des activités de la LRA dans T4 2016
Les tendances de violence de la LRA varient considérablement en fonction des années, rendant les prédictions de future attaques de la LRA difficiles à faire. Cependant, les données historiques peuvent aider à avoir un aperçu pour aider les communautés et les acteurs de la protection civile à préparer des stratégies pour réduire les risques. Entre 2011-2015, les forces de la LRA ont enlevé en moyenne 64 personnes dans le T4 dans l'est de la RCA, la moyenne trimestrielle la plus élevée. Dans T4 2015, les activités de la LRA en RCA se sont concentrées dans la préfecture de la Haute Kotto, où les forces de la LRA ont enlevé 33 personnes dans 15 attaques, surtout dans les villes de Sam Ouandja et Mbangana. En plus de la menace de la LRA, des affrontements récents entre les ex-Séléka et les anti-balaka à Kaga-Bandoro et la réunion des factions des ex-Séléka à Bria soulèvent également des questions par rapport à la menace à laquelle les civils dans l'est de la RCA devront faire face dans les prochains mois.  

En RDC, les forces de la LRA ont enlevé en moyenne 47 personnes dans T4 entre 2011-2015, la moyenne trimestrielle la plus basse, même si les tendances ont considérablement varié chaque année. Dans T4 2014, les attaques de la LRA étaient concentrées près du Parc National de la Garamba et conduites par un groupe dont la mission était de collecter de l'ivoire. Dans T4 2015, les enlèvements de la LRA étaient plus concentrés dans la province du Bas Uélé et comprenaient le recrutement de jeunes garçons par le groupe dissident de Achaye Doctor. Dans T4 2016, les communautés Congolaises ne feront pas seulement face aux attaques de la LRA mais il y aura également des retombées du conflit en Equatoria au Soudan du Sud. Les groupes armés Sud Soudanais pourraient continuer à recruter de jeunes hommes dans les camps de réfugiés Sud Soudanais et dans les communautés Congolaises Azande, et pourraient également étendre leur présence dans le Parc National de la Garamba pour y trouver refuge ou de l'ivoire. 

Moyenne des enlèvements de la LRA par trimestre, 2011–2015​

Screen-Shot-2016-10-20-at-4-34-38-PM.png

Screen-Shot-2016-10-20-at-4-37-46-PM.png


Visitez le LRA Crisis Tracker pour un visuel de notre carte interactive ainsi qu'en savoir plus sur la façon dont nous recueillons et analysons les données récoltées. N'hesitez pas a contacter Sean Poole - spoole@invisiblechildren.com ou Paul Ronan - paul@theresolve.org pour vos questions et/ou commentaires